DOEL la ville fantôme PARTIE 1……..

 

Il faut que je te raconte une aventure extraordinaire, une journée hors du temps, un morceau de voyage comme on les aime, comme on les veut !

SON HISTOIRE

DOEL a une histoire très particulière. C’est une toute petite ville (3 rues perpendiculaires à 4 autres, coinçée entre l’immense zone portuaire d’ANVERS et la centrale nucléaire, peuplée à la base d’à peine 1000 âmes, école, église, commerces.

En 1998, ses habitants ont été conviés à quitter les lieux, moyennant finance, afin que puisse s’étendre la zone portuaire, agrandissement des docks, la totalité du village devant être détruit.

 

Une quinzaine d’habitants ont résisté et y vivent encore, ce qui rend l’atmosphère encore plus étrange, on ne peut se demander comment et si on pourrait vivre ici !

Le projet a été momentanément ??? abandonné, ce qui donne donc une sorte de cimetière de maisons, une impression étrange, désertique ou l’on s’attend à être saisi d’effroi en voyant surgir zombies ou vieux chat squelettique ……

 

Notre Ballade dans DOEL

Village donc quasi désert, enfin presque car il attire les touristes, même si ce mardi nous étions quasi seuls, no man’s land, maisons abandonnées, les ¾ étant condamnées par du bois au départ, et depuis quelques temps, remplaçé au fur et à mesure par des plaques de métal.

Nous avons déambulé dans les rues, sur fond de centrale nucléaire, énormes tankers impressionnants et hoooo surprise, un moulin qui tranche énormément, on se demande vraiment ce qu’il fait là, surtout juste devant la centrale……

Nous sommes rentrés dans 3 maisons ouvertes, il n’y en a guère plus, 2 nous ont carrément fait flipper, quasi dans le noir, porte qui grince, tous les bons ingrédients pour se sentir réellement en plein film d’horreur et une dernière ravagée, lavabo, meubles de cuisine, tout est fracassé, mais elle donnait limite envie de s’y installer : lumineuse, fenêtres en pvc propres, elle n’a pas encore été condamnée au niveaux des ouvertures.

Squatteurs et l’impression de fuite urgente des habitants

A ce niveau, DOEL m’a fait penser à Tchernobyl. En effet, les maisons regorgent de meubles, objets divers, dossiers, papiers, qui laissent à penser qu’ils ont dû recevoir des indemnités conséquentes pour avoir abandonné leurs canapés, cuisines équipées, meubles en tout genre, tables, chaises,  parce que clairement ils n’ont pas fui devant une explosion nucléaire mais ça pourrait y ressembler. Etrange que regarder au travers des ouvertures et y voir ces morceaux de vie………..

Bien sûr, les squatteurs sont allègrement passé par là avant que la sécurité belge ne se décide à les virer mais ils ont tout détruit, mais absolument tout : lavabos, éviers et baignoires et milles morceaux sur place, vitres explosées, meubles arrachés, vérandas immenses complètement explosées, c’est un vrai spectacle de désolation.

HAUT LIEU DU STREET ART

Tout mais absolument tout est taggé : extérieurs, intérieurs, même si les plus beaux tags sont clairement à l’exterieur. J’aime cet art dans son ensemble et les pourris les ratés les débutants, au milieu des oeuvres d’art, et bien ça m’émeut, j’imagine le jeune taggeur, tout fier de laisser sa trace à coté d’un BANSKI (à l’époque) d’un ROA ou autre ABOVE, et oui franchement ca doit être un mega kiff, donc j’adore voir les tous moches aussi 😉

 

 Nous y retrouvons d’ailleurs des tags de ROA (photo ci dessus),  graffeur de renom, qui, à la manière de BANSKI, met en scène des animaux. J’ai adoré me planter devant ses œuvres et me dire qu’il était passé là ;), c’était juste kiffant….. On s’en est mis plein les yeux ! Pour le coup, si j’en avais eu dans la poche, j’aurais sorti ma bombe de couleur et j’aurais fait un graff tout pourri (vu que je ne sais pas faire) et je suis sûre que j’aurais été trooooooooop fière de moi, j’aurais pris une photo…..  

Et l’impression générale alors ?

On a adoré l’ambiance, l’impression d’être  dans « Je suis une légende » ou « Silent Hill », voir même dans « Resident Evil » par moments, on s’est demandé si on aurait le courage de dormir sur place, la sensation en pleine nuit doit être vraiment exceptionnelle.

Surprenante petite ville, qui nous a fait penser à La Demeure du Chaos, dans le haut beaujolais.

En effet, on y retrouve vraiment ce chaos, et il nous semble que tous les lieux abandonnés ont la même histoire finale, seuls endroits ou l’on peut venir s’exprimer librement, casser, fracasser jusqu’à ce que les lois nous rattrapent ou qu’un collectif se monte afin de pouvoir laisser s’exprimer le coté artistique.

Nous partions après 2/3 heures de visite, mais Manu a voulu photographier un dernier graffiti, alors nous nous garons sortons l’appareil et là Manu me dit : oh punaise un mec arrive vers nous, je ne vais rien comprendre.

Le gars s’approche, nous salue en français teinté de flamand, et nous raconte qu’il vit ici. Non il n’est pas squatteur nous dit-il, mais nous propose de prendre 5 mns pour boire un café chez lui…..Et là, je vous assure la journée n’était pas terminée….. Je vous raconte ça dans le prochain article, ça vaut son pesant d’or !!!!!!!!   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *