Les aléas de la vie nomade…ou pas…..

La vie de nomade, ça n’est pas que joie, bonheur et tout va bien….

Il faut qu’on vous raconte une de nos mésaventures, pas si moche que ça, mais quand même ou comment c’est parfois compliqué de concilier nomades et sédentaires…….

Alors la fin de notre trip Europe Centrale s’est terminé par un retour lyonnais courant novembre . Au départ, prévu pour une semaine, revoir les gônes, les potes….

On retrouve une amie, une vraie, une de plusieurs années..Une amie à moi, ex collègue,  que j’ai vue la plupart du temps seule à seule (important pour la suite de l ‘histoire)

Elle me propose de revenir travailler avec elle, ils cherchent du monde en renfort de fin d’année. A mes réticences quand à l’emplacement nécessaire branché pour l’hiver à Lyon, elle me propose son terrain. A mes réticences quand à la nécessité d’un véhicule, elle me propose leur 3ème voiture inutilisée.

Après réflexion collégiale, nous décidons de tenter le coup, il est vrai qu’un peu de sous, ça ferait du bien!

On passe la voir chez elle, on rencontre son compagnon, à la retraite depuis peu (ils ont 20 ans d’écart), dont on avait fait la connaissance une fois, 2 ans auparavant,  apéro sympa, confirmation de l’offre donc on finit ce qu’on a à faire et on vient s’installer quelques jours plus tard.

Plutôt sympa le coin, en campagne lyonnaise,grand terrain de 2000 m carrés, 2 chiennes qui s’amuseront avec Jak, nous voici branchés, eau potable à dispo, vidange eaux usées avec acccès pratique, tout va bien.

Mon amie, que nous appelleront Sandrine et son compagnon que nous appelleront Michel, semblent contents, comme nous et un bon apéro scelle cette cohabitation temporaire. Sandrine me propose l’accès à la machine à laver, la douche (que nous refusons, nous sommes autonomes niveau lavage perso…), la voiture, pas de souci niveau assurance, je propose une somme pour dédommager de l’eau et électricité utilisées, on se met d’accord, tout le monde a le sourire

Il s’avère que mon ancienne chef ne veuille pas reprendre une ancienne CDI en CDD, donc je n’irais pas travailler là, et j’informe Sandrine que je vais postuler ailleurs, elle est tellement ravie que je sois là, qu’elle cherche même pour moi.

Je choisis de postuler dans la plus vieille et  grande librairie Lyonnaise, décidée à renouer avec mon métier de libraire que j’adore.

Je passe quelques semaines sans nouvelles, mais  je suis confiante, je suis allée me présenter directement et mon extrême motivation ne peut être que payante…Oui je crois beaucoup en moi et ça me sert en règle générale.

Je profite de ces 2 semaines pour profiter de mon amie, pour faire connaissance avec son compagnon, un peu bourru, à l’ancienne mais gentil comme tout.  Ancienne génération, à cheval sur beaucoup de points mais on le voit tout de suite et ça ne nous pose aucun souci de nous plier à ses règles.

Chacun reste chez soi, agrémenté de quelques apéros chez eux, ou de Sandrine qui vient prendre un thé dans le camping-car en papotant.

Je suis prise dans la librairie pour tout décembre, j’exulte, Sandrine aussi et j’attaque ma vie lyonnaise, bus tous les matins à 7h, retour vers 18H, je ne vois plus grand monde, Sandrine travaillant avec des horaires décalés.

Je profite de mon jour de repos pour prendre des cafés avec elle, papoter avec Michel. Un matin, en plein café, Michel prend un sac plastique et la  pelle pour aller ramasser les crottes des 3 chiens.

Je lui dit de poser ça, que je vais le faire après mon café, que c’était prévu. Il me répond, tout souriant que non, je lui répète que je tiens à le faire aussi (cela me semble normal de participer dans le cadre de la cohabitation!)… Mais il tranche en m’affirmant qu’ il va le faire, qu’il aime bien ça…

Manu bricole, rajoute un panneau solaire plus performant, papote avec Michel, Malie est bien entre les cours et la vie à la campagne.

Fin décembre, au travail, on me propose un nouveau contrat de quelques mois. J’en parle à Manu, car je devine que par ce temps pourri,pas mal enfermés tous les deux, même si on est bien….Il y a un moment ou ils risquent de tourner en rond..Et tourner en rond dans un camping-car…ça devient vite infernal!

Il est ok de son coté, pour un mois, donc je demande à Sandrine  si on peut rester un mois de plus. Elle répond oui de suite, j’objecte en lui rétorquant d’en parler à Michel et qu’on voit ça ensemble d’ici quelques jours. Je sais leur coté tranquille,voire casanier, je mesure que nous puissions déranger à terme et je n’impose évidemment rien. Si je peux travailler un mois de plus c’est top, niveau financier et le poste, le lieu, les collègues sont justes magiques…Mais si ça ne se fait pas, rien de grave.

Sandrine me retrouve dehors pour un café 2 jours après et me confirme que Michel n’y voit aucun inconvénient.

Nous voici donc un mois de plus, j’anticipe mes nouveaux futurs horaires, ça va se compliquer un peu, la ligne de bus n’est pas très fournie en horaires du soir. On envisage avec Manu de prendre la voiture les jours ou je n’aurais plus de possibilités par le bus.

Depuis notre arrivée, nous nous servons de celle ci uniquement pour les courses ou quelques sorties les jours de repos.

Je ne vois quasiment plus Sandrine, on ne trouve plus moyen de prendre des apéros avec nos horaires, les fêtes se passent et je me prépare à entamer mon deuxième contrat.

Un dimanche matin, café sur la terrasse avec mon amie, qui me demande si je connais la date de fin de contrat. Je lui réponds que je suis en repos jusqu’à mercredi, jour ou je vais signer ce contrat et donc je pourrais lui dire si je suis prise 3 semaines ou le mois complet. On passe une heure à papoter, je profite d’une commande huiles essentielles et végétales pour lui demander si elle a besoin de quelque chose, on discute bienfaits des produits, tout va bien.

Manu m’avait dit quelques jours auparavant qu’il y avait quelque chose de différent chez Sandrine qui ne venait plus prendre de café avec lui dehors lors de ses repos. Il sentait également un léger mal-être chez Michel. Je lui ai répondu que ça devait être entre eux, que Sandrine était de toutes façons une personne qui avait ses moments solitaires, que je n’avais pas vu de changements pour ma part, alors après ce dimanche à discuter, j’ai pu lui affirmer qu’il n ‘y avait pas de souci.

J’attaque mon nouveau contrat le mercredi,je signe mon contrat  le soir, je sens Manu tendu, il me reparle  de Michel qui dit bonjour mais ne discute plus, Malie m’avoue que ce n’est plus pareil, donc je décide d’en parler à Sandrine quand on sera de repos commun, puisque notre relation a toujours été franche , nous avons toujours été sincères, elle est vraiment aussi cash que moi, c’est pour ça que c’est mon amie, jamais de faux semblant!

Jeudi arrive, ma pause déjeuner arrive…. et sur mon téléphone,arrivent 3 appels de Sandrine sans message ;

Un peu paniquée, pensant de suite à un problème avec Manu, Malie, le chien…??? Je la rappelle.

Elle me demande si j’ai eu son message vocal, je réponds que non et là………..Un truc de ouf……. J’en suis encore toute ébaubie……..

Elle, si directe d’habitude, commence à me faire l’historique de notre « vie commune ».

-Alors voilà, Marie Pierre, je t’ai proposé de venir poser votre camping-car sur le terrain, c’est moi qui ait pris l’initiative………

Et là, j’ai senti la grosse tuile, j’ai senti le coup arriver direct, je me suis dit: Oh punaise, pas ça, elle va pas me faire ce coup là…..

-Donc, aucun souci, euhhhhhh c’est moi qui ait proposé le premier mois, euhhhhhhh tu m’a ensuite demandé si tu pouvais rester un mois de plus, j’ai dit oui,mais voilà, aujourd’hui, c’est compliqué,ca ne change rien à notre relation, je n’ai rien contre toi, notre amitié reste la même, mais voilà,euhhhhhhhh je vais devoir vous demander de partir d’ici ce week end.

-Sandrine, je ne comprends pas, il s’est passé quelque chose? Peux tu m’expliquer le souci?

-Je te répète Marie-Pierre, ca ne change rien à notre relation, mais il faut partir avant la fin du week- end, j’aurais préféré t’en parler de vive voix, mais je n’ai pas réussi à te voir.

-D’accord, nous partons, pas de problème, mais en effet, j’aimerais bien te voir afin d’en parler en face à face.

Nous raccrochons, je suis scotchée, je dis à Manu de me rejoindre en ville le soir, vu que Malie est partie dormir chez des amis et je repars travailler.

Tout l’après midi, ça me trotte dans la tête, essayant de trouver ce qu’on a pu faire de mal pour que ça vire comme ça, d’un coup, sans prévenir (même si du coup je me rappelle la discussion avec Manu et me dis que forcément, il n’avait pas tort…..)

Plus les heures passent, plus ma stupéfaction se transforme petit à petit en colère froide. Restons amies? Mais qui est elle? Mon amie? Elle me connait? Alors elle doit bien savoir que tout s’arrête là…..

Manu me rejoint le soir, et me demande si ça va…Et là, ma colère explose…NON ça ne va pas du tout…..Car je viens de réaliser qu’on est   juste JEUDI SOIR, bordel (et là je dois 2 centimes à malie :’)…), et qu’on est gentiment virés sous 24H………

Son message vocal arrive enfin et là, c’est comme à midi, toujours aucune explication franche:

-oui bonjour Marie Pierre, c’est Sandrine, ben écoutes, voilà je voulais avoir une discussion avec toi, mais j’aurais préféré qu’on l’ait de vive voix,en face à face, mais bon vous êtes partis ce matin et j’avais prévu de te parler,en fait voilà, pour résumer, récapitulatif bon tu n’as rien demandé, c’est moi qui t’ait proposé de te dépanner le terrain pour le camping-car, donc voilà, euhh t’étais pas en demande hein?c’est moi qui l’ait fait, je l’ai fait de bon coeur j’ai rien contre toi, on n’a pas de différents, rien du tout,  t’inquiètes pas pas de soucis, euhh après tu m’as demandé une reconduction d’un mois, sauf que voilà, aujourd’hui la situation elle est inconfortable donc, euhh effectivement, ben oui le camping car devant la fenêtre, enfin bref je pense que tu comprends, ce que je suis en train de dire et donc voilà, ben je vais vous demander de, de, de de, et ben de partir , je te laisse t’organiser pour partir euhhh voilà, d’ici la fin de la semaine,Bon ben écoutes si tu peux me rappeler, rappelles, moi, autrement bon ben moi après j’ai pas le temps je vais au travail enfin voilà

On en discute en amoureux au restau,  on conclut par….Une incompréhension totale, mais surtout qu’on n’a rien fait de répréhensible, alors on attend de la voir et on s’organise pour la suite.

Je n’arrive pas à la voir avant le vendredi soir, pour ceux qui me connaissent, je bouillonne de plus en plus; alors j’arrive, tendue, sur sa terrasse….

Et là, elle refuse de me parler, me propose de se voir la semaine suivante.

Je prends mon ton ferme et l’informe qu’on va parler maintenant, qu’il n y aura aucun rdv ensuite, que je veux savoir Mais toujours rien, incapable de me donner UNE seule bonne raison, geignant qu’on est toujours amies (mais bien sûr) , que Michel ne lui parle pas, qu’elle ne sait pas pourquoi, qu’il lui a demandé qu’on parte, qu’elle travaille, n’est pas là et n’a rien vu venir..

Elle avoue enfin qu’elle a eu tort d’imposer à Michel notre présence (pardooooon? Mais à quel moment elle lui a imposé et m’a menti en me disant qu’il était ok?)

Je lui demande le colis d’huiles que j’ai commandé, pas envie de m’asseoir dessus, tant qu’à faire 😉

Une fois le colis en main, je lui dit que je peux comprendre que l’engagement a été trop important, je peux comprendre qu’ils en aient eu marre de nous voir là, je peux comprendre que 2 mois et demi c’est long, même si on n’a rien fait de mal, ou en tous cas, on n’a pas eu l’impression de faire quoique ce soit de répréhensible MAIS je lui dis qu’elle n’a pas été correcte, qu’il y a UNE chose que je ne digère pas. Qu’elle m’informe vouloir notre départ jeudi midi, alors que l’on s’est vues dimanche, que tout allait bien (à priori) et qu’elle était au courant que je signais mon contrat mercredi.

Que nous étions en région lyonnaise en plein hiver, qu’on a une enfant, et que SURTOUT, si elle avait eu la décence, les couilles (encore 2 centimes ;)…) de m’en parler dimanche, alors nous aurions pu discuter Manu et moi sur la reconduction du contrat ou pas. Alors que là, MOI je respecte mes engagements et que du coup, nous sommes « coinçés » ici pour janvier et c’est PAS COOL DU TOUT.

Je rentre sur ces bonnes paroles, on remballe tout, et on décide que Manu quittera les lieux avec Malie le lendemain, comme demandé.

Heureusement, nous avons un super spot sur les hauteurs de Lyon, posé, calme, et au final ça sera beaucoup plus cool…….. Je ne mettrais plus que 20 mns pour arriver au travail, Manu et Malie pourront se promener en ville, aller au musée, bref, ne passeront plus tout leur temps enfermés, et nous pourrons aussi sortir tous ensemble le soir sans soucis d’ horaires.

Le lendemain matin je pars travailler à 7h , Malie vient fermer le portail derrière moi, et là, Michel sort, en tee shirt, d’un pas trèèèèèèès décidé et s’approche de moi en aboyant: Tu vas ou? ( ancien rugbyman, je me dis que s’il m’en colle une, je m ‘étale direct)

Posément je lui répond: au travail pardi!

Alors là, il décide de m’accompagner et me balance:

-Tu as dit à Sandrine qu’elle n’était pas correcte?

-Oui, c’est vrai, elle n’avait qu’à m’informer dimanche, lorsqu’on était posées tranquilles, au lieu d’attendre jeudi alors qu’elle savait que je signais mon contrat mercredi!

Et là……Il s’est mis à me vomir tout ce qu’il avait sur le coeur, à me dire qu’il ne pouvait plus voir Manu en peinture, que ce dernier ne ramassait jamais les crottes des chiens ( ndlr: il a refusé une fois, me disant qu’il aimait ça, vous vous rappelez?) , qu’il avait lavé le toit du camping- car sans lui demander la permission alors que lui, MICHEL, il n’utilisait que l’eau de récup des bidons pour ses voitures, qu’il utilisait la machine à laver sans arrêt (ndlr: une fois par semaine et proposé par Sandrine…), que Manu avait brulé sa table avec un cendrier en plastique (ndlr: cendrier de plage, impossible pour une cendre de traverser), qu’il ne rebouchait pas les trous faits par les chiens et le regardait faire, qu’il ne le supportait plus…Qu’on avait eu de la chance parce que la voiture n’était pas assurée pour nous, heureusement qu’on avait pas eu d’accident…..Je vous en passe et des meilleures.

J’ai juste pu placer que nous avions demandé les modalités pour la voiture, pas eu le temps de finir qu’il a hurlé: Mais Sandrine elle n’y connait rien…

Bref…Un final comme je les aime… pas du tout..Parce qu’à aucun moment je n’ai pu réfuter ses pauvres arguments de vieux coinçé par ses habitudes et qui s’est jute senti étouffé par une imposition de fait, qui ne sait pas dire les choses, qui te dit le contraire de ce qu’il pense, et avec le sourire s’il vous plait (j’aime bien ramasser les merdes de chiens, mdr) et qui ne sait qu’exploser quand il n’en peut plus et te vomir tout ce qu’il a sur le coeur.

Bref, une vie de couple étrange, sans communication et encore moins avec les autres. Sauf que nous on est un peu cons, on ne comprend pas les sous- entendus, il faut nous dire les choses cash, comme on le fait nous…Et Sandrine le savait, elle me connait, elle connait Manu……

En conclusion, nous pensons ne plus jamais nous poser chez des amis.. trop risqué 😉 En dehors de ça, nous savons rebondir et puis cette vie de nomades, nous l’avons choisie, nous l’assumons, ça ne nous a pas pénalisés du tout, au contraire, on s’est sentis libérés, on faisait attention à tout sans s’en rendre compte, par respect pour nos hôtes et en fait et bien après coup, vu le soulagement à se retrouver posés « librement » c’était un mal pour un bien.

Voilà, je voulais juste vous raconter aussi les « mauvais » cotés de notre vie,parce que je vois tellement souvent de nomades prônant: je vais bien, tout va bien….

Non, la vie de nomade c’est pas toujours rose, non on ne passe pas notre temps à faire des barbecues, apéros tous les soirs avec des potes, non, on ne fait pas que voyager, aller au resto et vivre des choses merveilleuses, non on n’est pas toujours libres, il ne faut pas idéaliser cette vie, sinon, vous tomberez bien bas pour ceux qui veulent tenter l’aventure.

Après on est faits pour ça, donc on rebondit, on solutionne au fur et à mesure et vraiment, à part ma colère pour ce coup tardif….. tout va bien, et si elle m’avait informé le dimanche, j’aurais compris et accepté.

Ai je perdu une amie ? comme tout le monde me le demande, désolé pour moi…Perso, la page est tournée, j’ai cette faculté à passer à autre chose, complètement, aucun regret, c’est qu’en fait elle a joué un jeu tout le long de notre relation, car je n’ai pas aimé du tout, ni reconnu cette amie durant ces dernières 48h de communication.

Alors non, je n’ai perdu personne, je dirais même que c’est dans ces moments là ou tu vois à qui tu as à faire….. Nous sommes déjà passés à autre chose, et tellement de rencontres nous attendent….Peut-être vous? Au moins vous savez qui je suis, qui nous sommes 😉

On  va finir sur une note positive car on y a passé de bons moments, la preuve en images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *