Une de ces journées ou l’on ressent toutes ces énergies positives autour de nous….

Posés tranquilles au bord de la plage, dans la région de Perpignan, nous avons démarré la matinée par une prospection porte à porte de campings. Mais cette fois, pour travailler. Et oui, on n’a toujours pas trouvé lemoyen de ne vraiment RIEN faire toute l’année, donc quand la bourse est vide et bien il faut la remplir.

Ceci dit, on choisit là ou on veut travailler, le mot d’ordre étant d’y aller avec envie et le sourire. Nous n’avions pas pu démarrer la saison l’an dernier puisque nous sommes allés nous occuper de ma grand-mère qui n’allait pas bien, mais nous restons convaincus que c’est le travail qu’il nous faut.

Pour deux raisons évidentes et simples:

-Une des rares occasions à pouvoir travailler tous les deux en même temps sans laisser la miss seule.

-ça fait 5/6 mois de salaires garantis et ça nous permet d’aller vite au chaud à l’automne venu et ceci pour tout l’hiver

Y’a pire dans la vie comme critères d’embauche,non?

Donc nous voici partis tous les trois (et oui, Malie vient aussi, autant annoncer la couleur de suite, au moins c’est clair;) ) sous le soleil, mais luttant contre un vent terrible, comme il y en a souvent dans la région, et on tape à la première porte. Une dame super sympa nous informe qu’elle a son équipe à l’année, d’une année sur l’autre.

Nous avançons vers le suivant (il y a un paquet de campings les uns derrière les autres) et la femme, aussi souriante que la première nous dit que tout le personnel est…..Au jobdating du jour, au bout de la ville, comme tout le personnel responsable de tous les campings du coin.

Comment ça un jobdating? Moi qui ait listé tous les forums recrutement hôtellerie du mois  et j’aurais loupé celui ci? Je n’en reviens pas parce que, vraiment, j’ai épuisé toutes les sources d’infos possibles à ce sujet.

Bon on la remercie et on file au camping car pour aller vite postuler parce qu’on a pas envie de passer à coté.

On monte dans le camion et là…….Moteur qui s’emballe, témoins batterie dans le rouge……Manu trouve très rapidement la cause, l’alternateur est mort……Bien sûr le voilà qui ronchonne, manquait plus que ça, fallait que ça nous tombe dessus….Bien sûr je l’arrête net: ca suffit, commences pas, c’est fait, donc on va gérer ça et passer à autre chose. On commence, S IL TE PLAIT, par aller au jobdating, l’alternateur attendra cet aprèm qu’on ait postulé, MERCI MON CHERI.

Du coup, il redescend en pression de suite ( bon, en paroles parce que, comme d hab, je le vois avec sa grosse ride de concentration sur le front et ça, c’est pas bon signe)

On arrive rapidement au lieu de rdv, et nous sommes accueillis à la porte par 2 charmantes femmes qui nous demandent… Si on a notre convocation. Convocation de quoi?

Alors elles nous expliquent que c’est uniquement sur convoc, rdvs de 10 mns (oui un jodating, quoi…) mais l’une d’entre elles nous demande nos compétences. Ce à quoi on répond et alors elle me dit: Donnez moi votre cv, ça m’intéresse, je recherche des réceptionnistes, BIMMMM, je le savais que ça allait matcher à l’humain, à la rencontre, que c’était évident qu’avec notre vie et cvs atypiques, on ne passerait que comme ça, que postuler en ligne ça n’amènerait à rien (30 candidatures en ligne, aucune réponse).

Et elle ajoute qu’il serait bien qu’on aille déposer des cvs à l’accueil quand même et voir s’il n’y aurait pas un créneau ou deux de libres.

Bien sûr, on n’a pas de cv papier, donc on fonce à la mairie pour en imprimer. Manu me pose devant, laisse le camping-car tourner, il a peur que la batterie se décharge avec le souci d’alternateur.

Je me présente à la mairie, un sourire jusqu’aux oreilles de cet entrevue et possibilités qui viennent de s’ouvrir à nous et j’explique la situation à la dame de l’accueil qui me passe son mail, que je puisse lui transmettre nos cv,  me demande combien j’en veux (6 de chaque s’il vous plait) .

Je lui demande combien je lui dois, et elle me répond : rien, vous cherchez du travail n’est ce pas? Alors venez juste me dire ce que ça a donné!

Wahou, mais qu’est ce que c’est bon toutes ces bonnes ondes, toute cette gentillesse depuis notre réveil!

On retourne vite sur les lieux, je fournis mon cv à la gentille femme de l’entrée,mais c’est midi, et la dame de l’accueil n’a pas les plannings de l’après midi.

Etrangement, je ressens à nouveau quelque chose en lui parlant et elle nous  demande ou on habite….Là comme à chaque fois, on ne sait pas trop quoi dire mais elle nous coupe en nous disant que c’est pour savoir si on peut revenir à 13h30 .Aaaaaahhhhh, c’est juste pour ça? Pas de soucis, on sera là, alors elle conclue par un: mais revenez me voir MOI. ok!!!!!

 

On repart déjeuner chez nous au chaud et je prépare une lettre de motivation très motivée pour celle de l’entrée, parce qu’avec mon cv de vente, je ne veux pas passer à coté d’un poste. Donc je lui fais un truc au top en me vendant comme réceptionniste.

L’heure arrive, on y retourne et là….Oh my god! 40 personnes sont là, je visualise un peu la foule et à part une ou deux femmes et deux jeunes…Ben comment vous dire? On a un peu l’impression que 3/4 d’entre eux sont venus sans cerveau, ou sans….. je sais pas, sans vie, sans étoiles dans les yeux, sans envie, sans grand chose en fait. Ce n’est pas un jugement c’est une constatation, ils semblent tous soit morts, soit obligés d’être là pour ne pas être radiés de leurs droits, ça fait un peu peur quand même, et en même temps je me dis que c’est plutôt bon pour nous.

Jusqu’à ce que j’entende une « madame polemploi » demander à un candidat:

Mais dites nous, votre nom de famille c’est PETIT  ou THOMAS ? Parce qu’on s’est posés la question en voulant classer votre fiche.

C’est une blague? je vais me réveiller? J’ose à peine regarder Manu, peur d’exploser de rire (nerveusement) Je me permet juste de lui chuchoter qu’on ne s’adresse a aucune d’entre elles SAUF celle de ce matin.

On est mal barrés là…Et ça continue avec une autre « madame pôlemploi », en blouson jaune fluo, qui hurle à l’assemblée: Ceux qui sont convoqués pour 13H50, venez avec moi. Et là,3 pelés se lèvent. Elle réitère sa question mais personne ne bouge sauf une femme qui dit, un peu énervée: personne n’a d’heure sur sa convocation alors votre organisation, c’est n’importe quoi.

La pro lui sourit commercialement (vous savez le sourire qui ne va pas aux yeux, qui s’efface avant même la fin de la phrase, beuuuuurk) et répond: ne vous inquiétez pas, tout le monde va passer.

Bon je vois que l’organisation est militaire du coté pôlemploi et que les recrutés, eux, s’agglutinent sans ordre auprès de l’accueil, à savoir qui pourra avoir son sésame en main avant l’autre, et vite se tirer d’ici.

Manu s’impatience, veut passer devant, mais je préfère attendre que tout ce petit monde ait fini et qu’on passe au calme, on va quand même, encore une fois, avoir à expliquer une situation hors norme, à pôlemploi qui plus est, vous imaginez bien que je ne veuille pas leur faire un noeud au cerveau…..

A peine les « dossiers » prioritaires traités, on arrive près de la dame à voir et là, madame blouson jaune fluo sort et dit: des réceptionnistes? des agents d’accueil?  Je lève la main, et elle s’approche de moi, me demandant ma fiche…que je n’ai pas évidemment.

Je note au passage que l’ordre militaire vient d’en prendre un bon coup derrière les oreilles, je souris et je la vois aller de personne en personne, faire du recrutement sauvage, et les emmener derechef vers les recruteurs, sans plus de formalités.

Nous on est pris en charge et ça se passe super bien, pour Manu d’abord, qui repart avec une fiche (ahhhh le sésame, il l’a enfin, je suis presque jalouse;)

et moi ensuite, la même fiche et pas mal de noms de campings, dont un qu’elle me suggère d’aller voir en priorité, pour de la vente.

C’est parti, Malie attend assise sur une chaise, me disant qu’elle se croit à l’école avec l’appel, les fiches la queue, les noms, les mains levées…Et oui ma fille, ça ne s’arrête jamais en fait, désolée ……

Je me présente auprès d’un premier monsieur, il m’écoute, j’y met tout mon coeur et il me répond qu’il cherche trilingue néerlandais ou catalan, ce que je ne suis pas. MAIS qu’il adore mon énergie et ma façon d’être, que c’est bien d’avoir des trilingues mais que ça ne suffit pas toujours. Il me propose de me rappeler semaine prochaine, le temps pour lui de gérer les 18 personnes de l’accueil nécessaire et d’arriver à placer  2 langues catalanes et néerlandaises en même temps pour pouvoir me prendre. Ca s’annonce pas mal, dites donc!

2eme entretien avec le fameux poste de vente pour 6 mois.Là je suis encore plus motivée si c’est possible. Les deux messieurs adorent que je me présente en tant que camping cariste qui parcourt l’Europe et vit dans son camion en famille (et il est ou monsieur? Là juste derrière. Bon on le reçoit juste après).

Je commence à me vendre, ils me décrivent le poste: vendeuse dans la supérette du camping, avec 2 étudiants à superviser en juillet aout, cuisson pain viennoiseries, billeterie, location paddles et autres joyeusetés. Je leur réponds: Et ben me voilà c’est moi que vous cherchiez alors. On papote 20 mns, le courant passe très bien et ils me disent qu’ils me rappelent dans la semaine qui vient et que je n’hésite pas à passer au camping.

Manu se présente à son tour et ils sont intéressés, peut- être pas pour les 6 mois mais on s’en fiche nous, même s’il ne bosse que 3 mois, tout va bien.

Ils lui disent à nouveau de passer voir au camping.

Encore 2 entretiens derrière ça, mais pour  moi, c’est plié c’est au précédent que je veux aller, je sens que ça va le faire, c’est là qu’on ira. ( pas de réponse à la fin de l’article NOOOOON interdit d’aller voir, on attend sagement la suite, merci 😉 )

On ressort, je tombe à nouveau sur la première dame de l’entrée du matin, je lui donne ma lettre de motivation, on parle des entretiens, je lui dit que je sens bien parti le poste de vente, elle me demande si le salaire est correct et là je lui réponds: je ne sais pas, on n’en a pas parlé.

Elle me regarde comme une extraterrestre, mais en souriant et je lui explique que donc, on vit en camping car, tour d’europe tout ça….

Elle regarde sa collègue, nous et s’exclame: Ahhhhh le voilà le truc, je me disais aussi, des gens qui vont bien comme ça, il y a un truc, ce n’est pas normal!!!!!!

J’éclate de rire et je la remercie sincèrement du très beau compliment qu’elle vient de nous faire. Sérieux……. Elle n’est pas vraiment la première à nous dire ça, même si, soyons clairs, on ne nous le sort pas à chaque coin de rue, mais ça fait un bien fou de l’entendre, de se dire qu’on véhicule une énergie positive,qu’on transmet notre bien-être, que l’on ballade notre joie de vivre, notre lâcher-prise avec nous, tout le temps.

Et bien c’est notre force, c’était notre but (pas de l’étaler au grand jour à la face de tous, hein?) on était tellement avides d’y arriver, d’être juste heureux de vivre, de profiter de chaque instant, d’être vrais tout le temps, pas de faux semblants, de retrouver notre bulle familiale, et on y est arrivés, et ça et bien j’en suis fière.

Heureuse d’avoir eu ce déclic, de tout lâcher, d’oser, non sans peurs mais avec foi en nous. Je sais depuis longtemps qu’on est un vrai couple, une vraie famille, unie et soudée mais on était tellement pollués par le crédit, besoins d’achats, besoins de passer pour, besoins de composer tout le temps. Aujourd’hui on est juste nous, dans notre simplicité (et complexité) on peut enfin pratiquer notre fameux: jour après jour, instant après instant et bon dieu que c’est bon!

Et ce qui est peut-être le meilleur dans tout ça? C’est de réaliser que c’est juste possible d’être soi, de donner sans avoir besoin de recevoir, d’échanger avec les autres, les yeux dans les yeux, en faisant attention à eux, pas par besoin, juste par envie, juste parce que nous sommes convaincus que les rapports vrais passent par la simplicité, l’authenticité et la vérité.

Parce que aussi on rencontre, soyons honnêtes, beaucoup de gens qui vivent comme nous, mais pas que.

Mes 2 mois passés à travailler à Lyon, en librairie ont été deux vrais mois de bonheur et de vrais échanges avec des collègues sédentaires, on a aussi revu des amis sédentaires avec qui on a passé des moments de pur bonheur (à part Sandrine et Michel bien sûr 🙂 ) , on vient de passer 48 h chez un garagiste pour la panne du camion (ah oui je vous ai pas dit, après les entretiens, direction garage pas loin) et donc, ce garagiste, qui ne reçoit la pièce que 48 h plus tard, nous propose de se poser dans sa cour, de nous brancher l’électricité, nous propose même un véhicule de prêt pour aller se promener si on veut, encore une jolie rencontre.

Je vous le dis, la vie est belle, mais vraiment, il suffit juste de jeter ses oeillères, de prendre le temps de parler, d’échanger, mais vraiment, les yeux dans les yeux, avec votre coeur, votre sourire. Promis vous ne passerez pas pour des cons, des naifs, ou alors c’est que la personne en face n’en vaut pas la peine.

Voilà donc notre journée riche en émotions positives, et même si jamais ça ne se faisait pas, si on n’avait aucune proposition finale et bien ce n’est pas grave. On a vécu un truc chouette, on ira voir plus loin, on n’est pas perdus, cette situation se reproduira forcément, on la fera se reproduire et on va continuer à ballader mon énergie et dynamisme, la force tranquille de Manu et notre Malie qui suit, ses yeux et oreilles grandes ouvertes, qui séduit tout le monde et notre bulle de bonheur tranquille.

Mais si vous voulez bien, quand même, nous envoyer vos ondes positives afin que l ‘on signe au fameux camping….  On prend tout parce qu’il reste quelques jours à attendre et qu’on est jamais trop nombreux 😉

 

 

 

2 réflexions sur « Une de ces journées ou l’on ressent toutes ces énergies positives autour de nous…. »

Répondre à Tomas nath Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *